Suivez-nous

Lundi 15 janvier 2018 - Personnalisation > Bonnet natation

Votre club souhaite avoir son bonnet natation 100% personnalisé?
C’est chez Wicked que ça se passe 
W_bonnet_STY

Mercredi 3 janvier 2018 - 2018

Pour une excellente et riche année 2018 à tous les pratiquants, clubs, associations et organisateurs qui nous suivent et nous font confiance depuis 2012..!
W_Voeux2018_mini

Jeudi 16 novembre 2017 - Wicked Partner > Cobb Cycling > Modèle « Fifty-Five » 2018

Testée depuis 2 ans, adoptée, éprouvée, adorée pour être amenée sur le podium par patrick Lange 
Le modèle « Fifty-Five » de Cobb disponible chez Wicked
Une selle de pro, mais également pour les AG ou/ et amateurs qui veulent du confort et du rendement 
Disponible en 4 colorisW_Lange

Jeudi 9 novembre 2017 - Textile > Personnalisation BAM

Wicked Trifonction, singlet, boxer mais aussi tee-shirt et marcel running en mode 100% personnalisation..!
Wicked évolution du logo + nouvelle charte graphique en collaboration avec le club 

>> Born Aventures Multisports Club prêt pour de nouvelles aventures en 2018 et vous?W_Slider_BAM

Vendredi 29 septembre 2017 - Wicked Partner > Cobb Cycling > Edition spéciale IM

Evolution de la selle COBB « Fifty-Five » avec sa robe IRONMAN®, la selle officielle du label pour 2018 ;-) 55_IM

 

Mardi 19 septembre 2017 - Team > Evergreen 2018 > Format 118

Une fois par an elle est de retour, notre belle Colombe avec encore une fois une superbe aventure à nous raconter..!

Colombe ne parle pas d’elle, pas de blog inutile et vide comme on en voit trop de nos jours.
Elle n’a pas besoin de s’inventer un CV de sportive car elle est tout simplement modeste, naturelle et honnête avec ses valeurs.
Quand le sport fait parti de notre philosophie de vie, notre équilibre pourquoi se la raconter? :-)

Elle vient juste de participer à l’ITU World Triathlon Grand Final de Rotterdam en AG, une découverte de ce format, de l’atmosphère « performance »… une petite sortie souple mais une expérience sympathique, mais on en parlera pas ;-)

Le plus intéressant c’est ce qu’il s’est passé le 09 et 10 Septembre dernier sur Chamonix (74)
Evergreen édition 2017, un parcours toujours aussi beau mais une météo surprise…

Une journée made in Colombe > just enjoy your ride..! 7ever

 

Colombe en 2016 ce fut ton baptême sur la distance Ironman (Barcelona) qui s’est pas trop mal passé et t’a ouvert l’appétit.
Pour 2017 c’était direction l’Evergreen 118 pourquoi?

Quand j’ai commencé à faire du triathlon et parallèlement à mon intérêt pour le trail, j’ai entendu parlé des Xterra, format assez rare en France.
J’avais toujours gardé ça dans un coin de ma tête comme devant être un format de course très sympa à faire.
Les triathlons « nature » sont plutôt confidentiels et l’an passé quand tu m’as parlé de l’Evergreen Endurance, ça m’a tout de suite donné envie; allier le trail au triathlon était exactement ce que je souhaitais me lancer comme nouveau beau défi et, finalement, conserver la partie vélo sur route m’arrangeait bien; ayant déjà une pratique très rare du vélo de course, s’entraîner en VTT aurait été encore une autre paire de manches !
De plus, le fait que ce soit (encore) une petite organisation -avec une vraie éthique derrière- me plaisait aussi beaucoup, bien loin de la grosse machine Ironman.
ever

La préparation habituelle de Colombe pour ce type de RDV c’est sans prise de tête, pas de privation, de sacrifices, que du plaisir et des mojitos, non.?

Ahah oui c’est sûr, le sport pour moi est une vraie source de plaisir !
Je ne suis absolument pas dans une recherche de performance et loin d’être rapide dans les 3 disciplines, d’où ma nette préférence à me lancer dans de belles aventures plutôt que d’aligner des courses pour un chrono!

M’astreindre à des plans d’entraînement détaillés n’est pas pour moi même si ça me ferait sûrement beaucoup progresser! Il n’y a pas de secret…alors un jour peut être…!
Pour ce qui est donc des privations… le sport fait partie de ma vie mais ne la limitera et ne la conditionnera JAMAIS!

Comme l’an passé, j’essaie de faire 4 à 5h de sport par semaine pour toujours me maintenir en forme, et à l’approche d’une compétition j’en fais plus mais sur une durée courte!
Mes 3 semaines de vacances estivales ont donc été assez intensives mais encore une fois ce fut un vrai plaisir!

Mon amoureux adore ça aussi et manque cruellement de temps dans l’année; on s’est donc régalés à deux dans nos paradis respectifs, en Bretagne et au Pays Basque :-)

Mes sorties vélo sont toujours assez rares: 13 depuis le début de l’année dont 6 sur une période de 3 semaines!!
J’ai un « vrai » vélo de route depuis 1 mois -bye bye mon petit btwin adoré!- et je compte bien sur lui pour me motiver davantage -même si tant que j’habiterai Paris ça ne sera jamais simple d’aller rouler.

J’aime toujours autant nager, la piscine découverte à l’année à 5 minutes de la maison y aide fortement; un bon bol d’air (ok même pollué…)!
58 séances depuis janvier soit en gros 2 séances par semaine de 2,5km en moyenne.

J’ai accentué la partie natation mi juillet pour préparer une grosse course en eau libre début août en faisant des séances plus longues, de 4 à 5 km… Un peu trop pour moi !
Que ce soit en natation ou en course à pied, je ne suis définitivement pas fan des « sorties longues » qui cassent trop une journée !

La course à pied, je commence à m’en lasser un peu et je rêve d’autres horizons pour la pratiquer…
Le trail, j’adorerais mais mon terrain de jeu n’est que bitume ! J’ai clairement été moins assidue depuis janvier !
Entre 20 et 30km de course en général par semaine.

Pour revenir à l’Evergreen, l’entraînement trail spécifique aura donc été quasi nul (un trail de 39km en vallée de Chevreuse et une montée de la Rhune avec les copains en tout et pour tout!) Je me doutais de toutes façons que vu le profil de l’Evergreen 118 la partie course se transformerait en rando+++ !

Départ de Paris direction Chamonix et contrairement à l’édition 2017 la météo n’annonçait pas de chaudes températures/conditions.
Le jour J tu pars dans quel état d’esprit?

Pour la petite anecdote, 2 jours avant la course, avec mes amis Rémi et Sam, nous comprenons -en lisant enfin le manuel de course- que la course se déroule le samedi et non le dimanche, comme ce qui était marqué dans nos agendas respectifs (le mien en tous cas!!!) LA BONNE BLAGUE !!! J’appelle l’organisation pour vérifier, je passe pour la touriste (l’idiote) de service. GRAND moment de solitude!
Départ en bus de Chamonix samedi matin à 4h donc… Arrivant à minuit sur place -je n’ai pas pu décaler mon train à cause du boulot- je comprends que tout cela ne s’annonce pas gagné d’avance !!! Encore MERCI Rémi et Sam pour avoir rattrapé le coup en avançant votre train et en sauvant ainsi la logistique! En ce qui concerne la météo, cela fait une semaine que je checke, re-checke, re-re-checke… Des prévisions cauchemardesques !
Moi qui adore la descente en vélo, cette fichue météo risque de refréner sévèrement mes ardeurs ! Je promet à ma famille -qui s’inquiète déjà- que mes mains seront scotchées aux freins du début à la fin ! Et je ne suis pas très rassurée non plus…

Départ à la fraîche avec une eau à 15 ou 16°… quel réveil! ce qui ne t’empêche pas de faire un bon temps natation, et la suite ça donne quoi?

Réveil à 3h30, outch ça pique et on se demande un peu… mais pourquoi ??! En tous cas on est bien contents d’être ensemble tous les 3 et de partager cette joyeuse galère !
La route me semble longue -même en car!- jusqu’au lac de Montriond et les montagnes qui nous entourent m’inquiètent beaucoup. Ca faisait loooongtemps que je n’étais pas venue à la « vraie » montagne en fait…!
Le lac est superbe, vraiment magnifique. Je retrouve mon vélo déjà sur place (grâce aux garçons, MERCiiiiiii encore les amis!)
Il commence à pleuvoir. Flûte.
Il fait encore nuit, on regarde le départ de la grosse course, l’evergreen 228 -soit un ironman avec plus de 5000m de dénivelé positif et un petit marathon du Mont Blanc pour finir ! VRAIMENT une course de Géants Fous ! Même une course comme le Norseman paraît facile à côté, c’est dire !
7EVGR_1075_pack118

7h30, à notre tour maintenant. La pluie s’est arrêtée. Ô miracle, les météorologues se sont tous trompés, il va faire beau, oui oui ouiiii ! Je suis une éternelle optimiste:-) C’est parti pour 2km dans une eau frisquette mais après mes vacances en Bretagne, ça passe facile ! Un parcours natation de rêve, un décor de toute beauté et une eau cristalline…
On rattrape des nageurs du 228 et je me dis que comparé à eux, ce que je m’apprête a faire est minus – ça sera mon leitmotiv pendant mes 9h de course….
Sortie de l’eau, tout va bien, c’est parti pour ce que je redoute le plus, le vélo.

Comme je suis maintenant persuadée qu’il fera beau je pars en short avec ma veste autour du ventre… Encore une fois ma naïveté me perdra !
On entame le col de Joux Plane, très vite, TROP vite, soit 3km après le départ ! AU SECOURS ! mes jambes ne sont pas prêtes du tout! Je ne mets JAMAIS de jambes en natation pour les économiser pour la suite mais là j’ai de sérieux regrets. Mon cardio s’emballe, je n’ai pas l’habitude.
Elle va être longuette cette montée de col, je regarde autour de moi et c’est tout simplement superbe, on s’élève vite, très vite vers les nuages… Je me fais déjà bien rattraper aussi.
Ce n’est pas une course de rigolos du vélo comme moi en même temps ! Je guette mes copains qui ne vont sûrement pas tarder non plus.
A l’arrivée au sommet qui devrait être source de joie- patatras, il se met à pleuvoir et à faire soudainement très froid.
Le plaisir à vélo aura été de courte durée, la descente est cauchemardesque, je claque des dents frénétiquement et tout mon corps frissonne. Je ne suis pas DU TOUT équipée comme il le faudrait. Et j’ajoute à cela cette descente en lacets sans fin où j’ai concrètement la trouille d’y laisser ma peau dans un virage trempé.
Je suis littéralement à l’arrêt dans chaque virage.

A cette allure, ces 95km de vélo vont être terriblement longs.
Les retrouvailles avec Sam et Rémi sont alors plus qu’heureuses :) Ils ne me quitteront plus, se calant sur mon petit rythme jusqu’au bout.
MERCI une énième fois les garçons… On se réjouit presque des montées, qui elles seules ont le pouvoir de nous réchauffer aujourd’hui, et de ce paysage toujours aussi majestueux.

Très souvent je pense à ces pauvres athlètes lancés sur le 228, quel ENFER…
Jusqu’au bout du vélo la pluie ne nous aura pas lâchés, les seuls rayons de soleil auront été les sourires des bénévoles tous plus adorables les uns que les autres et des arbitres aussi (pour une fois!) fort sympathiques. Et trempés eux aussi sur leurs motos !

On arrive à Chamonix frigorifiés, on se change intégralement, transition la plus longue de l’histoire du triathlon (30 min!), du thé chaud, de la soupe, on papote avec un groupe d’alsaciens adorables et un peu refroidis eux aussi….
On repart, retrempés jusqu’aux os en moins de 5 minutes chrono! Mais par je ne sais quel miracle on est en forme, ENSEMBLE et avec le sourire aux lèvres (bleues!!!).
7EVGR_2341

Il ne nous reste plus que 21km de course. C’est parti, la montée est super raide d’emblée, 7km d’ascension avec 1300m de d+, c’est costaud mais ça réchauffe au moins !
On trouve un petit rythme efficace mais c’est sans compter sur le froid de plus en plus perçant et cette pluie qui petit à petit devient de la neige…
J’ai froid aux mains depuis des heures mais là ça commence vraiment à devenir problématique, elles se figent en pinces, je dis aux garçons que je ne veux même plus m’arrêter pour manger par peur de me transformer en reine des glaces.

Petit à petit je n’ai même plus envie de papoter. C’est de pire en pire ! Cette course prend une dimension très particulière et je ne sais plus très bien ce que je fais là…
J’aime les courses aventures mais celle ci dépasse mes/les limites.
On est désormais dans une tempête de neige et le froid me fait mal… J’attends le ravito au sommet du plan de l’aiguille avec une EXTREME impatience.

On y est enfin et ça en sera TERMINÉ pour nous, quel soulagement quand l’organisation nous annonce qu’ils nous arrêtent, la météo étant devenue trop dangereuse.
La redescente se fait par téléphérique.

Je passe une bonne heure à me réchauffer et à retrouver un rythme cardiaque normal. Sam et Remi sont toujours là, heureusement, eux semblent moins marqués par le froid!
Quel enfer sur le coup! Quel gâchis surtout, cette course avait tout pour être LA course rêvée…
La joie d’en avoir terminé avec cette très dure journée laisse peu à peu place à une très grosse frustration, celle de ne pas avoir pu aller au bout…
7Oddoux

Finalement tu arrives en forme et à l’heure pour l’apéro..! certainement avec l’envie de revenir? l’envie d’autres courses de ce type? des idées pour 2018?

Ça c’est sûr, on reviendra sur le 118 ou 228 :-) Nous n’avons pas dit notre dernier mot !
Finalement on étaient vraiment bien musculairement, le seul point noir, cette pluie battante/neige à gérer et un équipement complètement inadapté au vu de ces conditions extrêmes.
Des bonnes leçons à tirer de tout ça ! On n’arrive pas à une course comme celle ci les mains dans les poches et quelques heures avant le départ de surcroît !
Je ne peux m’en prendre qu’à moi même…

Le lendemain il faisait grand soleil à Chamonix (grrr!!!!) et on n’avait qu’une envie: repartir pour achever ce qui n’avait pu l’être la veille. On a finalement opté pour une après midi piscine/spa face à la mer de glace…!
L’organisation détient là un parcours vraiment EXCEPTIONNEL, une pépite… Merci à eux de nous proposer une si belle course.
Et même avec ce temps pourri, elle est sans aucun doute la plus belle course jamais faite.
Aucun projet fixé pour 2018 pour l’instant, mais toujours plein plein d’envies, mon meilleur ami Paul commence à reparler de la Diagonale des Fous, 2018, 2019…?! Il y a l’ultra trail du Mont Fuji qui est aussi très tentant…

A voir avec les copains foufous, qui sont de plus en plus nombreux et qui ont eux aussi plein d’envies bizarres !!!!
7bar

Mercredi 13 septembre 2017 - Textile > Maillot TRAIL

Météo maussade ou pas, on continue à prendre l’air en forêt, en montagne… des heures ou des km de plaisir(s) :-)
Un petit nouveau pour les sorties Trail… confortable, avec des poches sur les côté pour les gels ou autres ravitos, tissu light et confortable…
Bien sûr, comme le reste de la gamme Wicked, ce modèle est entièrement personnalisable aux couleurs de votre club, de vos partenaires… ;-)
W_Trail_0

Jeudi 24 août 2017 - Textile > Short Running

Les beaux jours se suivent et donnent toujours envie d’aller courir, à la campagne, en ville, à la plage…
Ultra léger, confortable le Short EVO running Wicked est l’équipement idéal pour apprécier les petites ou longues sorties..!
W_Evo_M

Modèle également 100% personnalisable aux couleurs de votre club.
Existe également en coupe femme adapté à la morphologie féminine.

Enjoy your ride..! ;-)

Dimanche 23 juillet 2017 - Team > Benoît Pinton is back..!

Il n’est jamais trop tard pour debriefer l’IM Cairns de Benoît de juin dernier.
Le temps pour lui de savourer pleinement son épisode Australien, il revient sur ce formidable épisode de sport, de découvertes… de vie..!

Cairns04

Benoît, après une saison 2016 assez discrète avec « juste » ta participation au marathon de Lisbonne, l’intensité de la saison 2017 était évidente?

Oui évidente, c’est indéniable ! 2016 a été en effet une saison de repos ou de vacances en terme sportif. 

http://wforever.com/blog/2016/10/13/team-rocknroll-marathon-lisbonne-par-benoit-pinton/

Depuis 2003, j’enchainais les objectifs Longue Distance et, 2015 (IM Klagenfurt en Autriche) fut le graal en terme d’émotions.
Mais ce break fut surtout un besoin de structurer ma vie perso – bon à ce jour, j’y suis toujours pas arrivé – d’avancer de façon intelligente sans aucun regret. Il y eut aussi ce déclic « créatif » qui fait parti de Benoît Pinton.
Savoir arrêter une activité pour donner un sens plus éloquent à son chemin de vie. C’est à l’automne 2016 que fût créée une structure d’auto entreprise – en activité secondaire de mon emploi – et ainsi donner de la crédibilité et de la puissance à mes conférences https://pinton-consultant.fr/

Je décidai aussi en début d’année, de ne pas représenter ma candidature à l’assemblée générale élective de la Ligue d’Aquitaine de Triathlon.
Ça a été 8 ans de collaboration active au sein du Comité Directeur, où de belles choses ont été faites avec coeur …

Oui, savoir se projeter n’est pas aisé ! Toujours ce besoin de dépassement de soi et donc, un 8è IRONMAN afin de savoir si le sub 12 réalisé en 2015 reste une réalité ou pas !
Un gage de sérénité pour moi, est la pérennité avec le Team Wicked où, porter ses couleurs et valeurs depuis trois saisons, est en parfaite adéquation avec qui je suis ;-)

Depuis quelques années, mes différentes participations IM se sont orientées vers des championnats (image, crédibilité).
L’Australie, j’y ai passé 3 mois entre fin 2002 et début 2003 pour acquérir de l’expérience dans le domaine du vin – carrière professionnelle débutée en Angleterre dans le commerce du vin en 2000 où j’ai développé mes connaissances sur celui du nouveau monde – et, l’État du Queensland, connu pour sa barrière de corail et autres, n’était pas inscrit sur mon road book à l’époque …

2017 est synonyme de mes 40 ans, l’Ironman Cairns … une destination parfaite pour mettre un terme à ce circuit IRONMAN parcouru aux quatre coins de notre planète. Son inscription n’a pas été simple (je fais bien ou pas, c’est un gros budget, j’y vais ou pas), puis je me suis souvenu d’un truc : OSE, PARIE AVEC LA VIE … LA VIE EST UN JEU, il y a TOUJOURS une SOLUTION !!! C’est aussi synonyme de découvertes, de cultures différentes qui te rendent humainement plus riche, alors GO …

Affirmer ton statut de consultant officiel t’a demandé pas mal de temps, de travail également non.?

13 ans de triathlon LD dont 7 IM, mais toujours pas de marathon sec : l’idée, se rapprocher le plus possible des « 3:30″ et ainsi créer le concept du Get Inspiration – « Anything is possible » .. tout devient réalisable en respectant le 100% du possible
> « tu possèdes 40% de tes capacités, bien atteins les 100% de ces 40% » – tout en étant fidèle à l’image positive que je m’efforce de véhiculer depuis de nombreuses années.

Me servir de ma vie pour redonner à autrui. Je le fis à travers la Ligue d’Aquitaine de Triathlon et maintenant, c’est avec une structure de consultant basée sur la résilience, le dépassement de soi, la motivation managériale et la différence que j’interviens en milieu scolaire ou en entreprise. 

Vivre sur ses acquis n’est pas mon truc. Ici, je suis complètement en phase avec ce que je souhaite faire de ma personne et, ce qui me plait le plus, sont les différentes interactions avec mes auditeurs (jeunes et adultes).
Oui c’est sûr, cela m’a demandé 3 années de réflexion et une fois la structure en place, il m’a fallu communiquer. Aujourd’hui, je n’ai rien à prouver mais plutôt à transmettre un message : garde les yeux qui brillent, tout est possible  ;-)

https://www.youtube.com/watch?v=Lfc6hk9XDwk

** Ne pas vivre dans le passé après un traumatisme. L’accepter, le surpasser et, construire sa vie avec cette différence ajoutée

L’Australie un beau et grand pays lointain qui demande un sacré budget pour y aller, comment as-tu procédé.?

Oui,c’est un sacré budget ! 

En début d’année, j’ai eu de vraies discussions avec mon conseiller en image et agent : faire une demande via un site de crowdfunding. Ok mais, ce n’est pas moi ça. « Aller demander de l’argent à des particuliers pour faire du sport », non c’est pas mon truc ! Par contre, solliciter une ou des entreprises pour véhiculer mes valeurs … c’est plutôt ce que je souhaite développer  :-) cette discussion se finit en acquiesçant par un passage sur la e-boutique Wicked : quelques participations, des promesses, et au final peu de dons.
J’avoue avoir eu d’ailleurs quelques difficultés à communiquer dessus … Je remercie toutefois cette petite carrosserie de Villenave d’Ornon (33) qui a relayé mon projet sportif auprès de sa clientèle. 

Toutes mes décisions, réfléchies, aboutissent à la finalité d’un projet : un 13è mois, ça aide bien hein ? Même si en 2011, j’eus la confiance d’Eurosport par un contrat de sponsoring – IM Regensburg en Allemagne – c’est avec mes propres économies que j’ose, parie sur mon avenir  … pour repousser mes limites événement après événement afin de mieux avancer dans la vie.

Ici, pour l’Australie, il y a fallu prévoir large. Un exemple, euh oui mes bagages … 1er Juin, Paris Roissy-Charles de Gaulle, lorsque je pose ma valise vélo sur la balance au comptoir d’embarquement lors du check in, l’hôtesse de la compagnie aérienne m’annonce droit dans les yeux « Monsieur, vous savez que vous avez un excédent.. » et finit par me dire « ..c’est 900€ » !
Imagine-toi, une correspondance TGV Avion avec 1h30 de delta sur le papier ; autant te dire, ça a été fissa !

Dégoulinant de sueur, je fis abasourdi –  Son manager s’approche … j’en profite pour discuter : 430€ est le montant que je paye.
Au retour à Brisbane, je passe une heure à l’enregistrement.
Même chose. Je réussis un peu mieux à négocier : l’excédent me coûte 330€ !

Cairns0

Ironman Cairns, 8éme course pour toi, le départ de la course tu le sens comment.?

Une légère parenthèse avant cela pour te rappeler mon mode de fonctionnement > c’est la réalisation d’un objectif sportif annuel Longue Distance, où je n’ai aucun détachement accordé par mon employeur : je bosse 39h /sem.
Ainsi, je m’entraîne de façon assidue – 10 à 20 heures /semaine – 5 à 6 mois avant le jour J. J’occupe le reste de l’année par mon développement et accomplissement personnel …

 Alors, sais-tu qu’au tout début de ces aventures IRONMAN, le cap était d’aller à Hawaï. Je pris une licence paratriathlète pour cela, même si durant toute mon enfance et adolescence, je refusai d’entendre parler de handicap.
Choix complètement digéré et assumé aujourd’hui puisque il y a un peu moins de dix ans, j’ai décroché un CDI avec un statut RQTH (anciennement COTOREP)  ;-) …

Cairns, ce fut donc mon ptit Kona à moi ! Climat tropical, montagne volcanique, végétation luxuriante et mer turquoise : un contexte paradisiaque pour les quelques entraînements d’avant course !

 JOUR J – Endormi la veille vers minuit, le réveil sonne à 03h50 … dur dur, sachant que le bus pour Palm Cove – départ natation à 30km au nord de Cairns  - est à 04:50, deux bols de céréales saupoudrées de carbohydrate en guise de ptit déj (gâteau sport jusqu’en 2013) et hop !

Le jour s’est à peine levé … l’ambiance est déjà là, c’essttt Énorme ! Les frissons commencent à monter au son de Black Eyed Peas – I gotta feeling that tonight’s gonna be a good night – les mêmes qu’au départ de l’IM Nice en 2010, wwaouh !!

Compliqué dès le départ : la houle présente la veille est toujours là. Pour rejoindre la première bouée, de grosses vagues, sensations de descendre de deux étages après chaque franchissement, je vomis avant ma sortie de l’eau …

Rouler à 32-33 km/h est la consigne … mais dès que je peux, j’appuie sur les pédales. Vent de face dans les derniers 20km Bike, dur de rentrer au T2 et j’ai toujours pas rattraper mon retard natation …  > moral à la baisse !!! C’est quoi LA solution ? Comment faire pour réaliser ce que je suis venu chercher ??
Hey, j’ai gagné du temps sur mes transitions …
Consigne CàP, ne pas s’arrêter aux ravitos, les prendre en trotinant – coca et eau – 1er semi, maintenir le 11km/h, ok ! Puis ma montre indique « low battery » et s’éteint … 2è semi au feeling et mental !!!
> 11:33:44  soit – 24mn dont un marathon en 04:07
Cairns03

 Meilleur chrono IRONMAN !!! YES !!!

>> Travaille en amont du jour J , travaille même si c’est dur .. afin de le rendre EASY et ainsi mieux performer ;-)

Une belle journée donc mais la suite est tout aussi intense. Tu ne te cantonnes pas qu’au tee-shirt finisher et retour maison avec la médaille autour du cou, il y a autre chose, la découverte de ce pays.

Ce deuxiême séjour en Australie a été comme je l’avais imaginé : magique.

La dernière fois (2002), fut plutôt un gain d’expérience dans le domaine du vin, bien que le Working Holiday Visa n’existait pas à l’époque. Mon voyage s’orienta dès lors autour de Sydney, Canberra, Melbourne et Adélaïde Cette fois-ci, le contexte est différent. Performer sur une compétition sportive et découverte de la Côte Est.
Facile : arrivée à Cairns, départ depuis Brisbane. Distance 1700km … de quoi visiter, non ?
CairnS01

OK, voyage à l’autre bout du monde est synonyme avec maîtrise des dépenses. Airbnb est la solution > 13 jours à Cairns, une semaine à Brisbane.
Entre …, quelques jours à Airlie Beach dont 2 jours/ 2 nuits sur un Withsundays tour. Pour relier chacun de ces trois points, le bus et une compagnie, Greyhound Australia !
En hiver là bas, les températures au réveil sont entre 15 et 20° et  montent l’après-midi jusqu’à 25°. J’ai adoré ce climat tropical.

À Cairns, l’IM passé avec un marathon magnifique autour de cette belle ptite ville (couleurs, luminosité, océan) … place au touriste que je suis : Koalas, Kangaroos, crocodiles et oiseaux tropicaux au programme de la Daintree Rainforest tour À Airlie-Beach, 11h de bus au sud de Cairns, fabuleuse croisière en catamaran autour de l’archipel des Withsundays : plongée – masque tubât – au milieu de mérous et poissons tropicaux …

Sur cette plage de Whitehaven – reconnue pour son sable blanc le plus fin au monde – je me ballade les pieds dans l’eau où se confond un océan aux couleurs turquoises, sable blanc, montagne volcanique et ciel bleu … Magique !

À Brisbane, 20h de bus au sud d’Airlie-Beach, ma location Airbnb est dans un appart loué par un couple d’Espagnol de Barcelone.
Très cosmopolite ! Rencontre riche et interessante.
Je réside à SouthBank, soit à 5-10 mn à pied de toutes activités. J’ai vraiment adoré Brisbane où la vie s’organise autour du fleuve du même nom.

Noosa – 2 heures au nord de Brisbane et connue pour son spot de surf – c’est avec Aldara et Jose-Luis (couple de Barcelone) que je découvre cette charmante petite ville : ballade sur des chemins escarpés longeant la côte … avec pour surprise, une baleine migratoire (juillet et août sont normalement les périodes propices pour les migrations de ces mammifères)  :-) GÉNIAL ! Cairns02

À la veille de mon départ, je me suis posé cette question plusieurs fois : tu rentres ou pas ? À savoir qu’en 2004, je demandai mon immigration pour une carte de résident permanent. Ben, cette fois ci, bien que l’envie fut très forte, j’ai beaucoup de choses engagées ici et je pense avoir trouvé ma voie.

Tu nous disais que le 8eme Ironman serait le dernier, et nous t’avons répété plusieurs fois que lorsque le sport est notre assurance vie on ne peut pas poser les baskets au fond d’un tiroir. Sport plaisir et passion en plus, tu en es où alors.?

Oui, l’Australie était bien le dernier IRONMAN. Finir sur un championnat en confirmant largement un sub 12, c’est ce que je voulais

Enfin je laisse 1% à un 9è IM. Être ambassadeur d’une entreprise ou grand groupe adhérant à mes valeurs reste un accomplissement en devenir ! Toujours plus haut hein ? Atteindre son étoile pour mieux décrocher la lune – référence au TEDx du 25 Avril – et, toujours avancer selon une ligne de conduite … Je l’avoue, suis devenu un drogué ;-)
Ben_tedex

Il y aura donc toujours du sport en 2018 plutôt tourné vers la nature. Rien n’est défini … ça pourrait bien être le semi marathon de Bordeaux afin d’objectiver sur le trail d’Espelette (64). L’après … c’est AUSSI du consulting comme j’ai commencé à le faire !
Chacune de mes interventions me procure une certaine sérénité et, le public est très réceptif au message transmis > « tu as les capacités de changer ton étoile ».

« Et puis, si la vie me l’accorde, il y aura peut être du feeling entre deux êtres ou pas …

Rendez-vous en 2018 pour encore de bien belles choses et partages?

Un détail pour te rassurer, je vais régulièrement à la selle et tout se passe bien ;-)  il me paraît juste nécessaire de partager mon expérience de vie tout en jonglant avec cette humilité qui m’est chère. 

Pourquoi garder tout pour soi, alors qu’elle peut être utile à autrui ? … Hein, dis-moi ?? « jouer c’est vivre, la vie est un jeux … ajoute l’insouciance à ceci et notre vie devient plus légère ».

Ces 15 dernières saisons de triathlon Longue Distance m’ont permis de me révéler, d’affiner mon dépassement de soi, qui implique une remise en question quotidienne !

Anticiper et…, savoir transformer ce dépassement physique en dépassement mental.
Un indice … une évolution vers le domaine artistique !

 Donc oui, toujours performer de la meilleure façon afin de faire monter cette fameuse adrénaline qui reste ma drogue : ce sera un trail de 27-30 km en 2018.

Et si j’y prends goût pourquoi pas aller vers l’ultra ?
Juste un mot comme fil conducteur  >>  FUN  :-)  :-)

Vendredi 10 mars 2017 - Wicked <> Cobb

Une selle test cela sert à quoi?

Faire l’IM 70.3 Dubaï avec le sourire et se ramener une qualification pour les WTC IM07.3 Chattanooga 
Test validé..!

Merci Cyril et bravo..!55? Plus? SHS? n’hésitez pas à tester la votre 

Wicked et Cobb renforce cette année encore leur co-working et partenariat.
Nouveau logo pour Cobb, nouveaux design graphique pour les selles, une belle année 2017 en perspective
Cobb_cyril